• Cherchez l'erreur...

    Aujourd'hui je voudrai vous prendre à parti et voir ce que vousconsidérez comme érotique : aussi je vais vous mettre quelques phrases et vous devrez considérer si elles sont du domaine de l'érotisme ou de la pornographie (au mieux). Vous allez me dire que tout est relatif... voyons cela :

     

    1. Je tenais fermement le sexe épais de Stéphane, je me mise en mouvement, j'entamais de longues descentes et remontées de plus en plus vigoureusement. Michel m'encourageait par des "plus vite" et Stéphane par de "oui" "continue" tout d'uin coup Stéphane se crispa "je vais jouir" je redoublai d'effort lorsque le liquide blanc et épais jaillit de sa verge par soubresauts et monta en l'air avant de se répandre sur moi. Lien pris sur :http://www.confession-intime.com/cf106.php
    2. Sauf leurs bas et leurs coiffes de soubrettes et d’infirmière, elles sont nues, tête-bêche, elles se lèchent les pétales de leurs fleurs (peu) secrètes et se sucent les boutons avec entrain. Les langues se glissent entre les fesses aussi loin que possible. Des râles signalent des débuts d’orgasmes, mais elles ne s’arrêtent pas pour autant. Depuis un angle de la scène, Madame les regarde. Lien pris sur http://www.eros-thanatos.com/-Textes-erotiques-.html
    3. Elle sursaute malgré tout lorsque mes doigts effleurent son intimité à travers ses vêtements. J’accentue mes caresses, faisant glisser un doigt à l’intersection de ses cuisses avec une lenteur exagérée, en appuyant assez pour qu’elle le ressente bien. Lien pris sur http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre28669.html#page_2
    4. L’insistance de sa bouche sur mon clitoris me provoque un orgasme d’une rare violence. Je l’attire vers moi, désirant une union totale. Je saisis son sexe afin de le mettre en place. Je trouve un organe exceptionnel et soudain j’ai peur de l’intromission. Mais par je ne sais quel miracle, il m’envahit et je n’éprouve que du bonheur. Longuement il me transperce, ralentit, modifie la cadence. Je monte au ciel plusieurs fois. µLien pris sur http://revebebe.free.fr/histoires/rvb140/reve14055.html
    5. Richard craque, il se laisse aller à me toucher, il me renverse en arrière et me chevauche. Sa main glisse sous mon débardeur et s’empare d’un de mes seins. Sa bouche se presse contre la mienne, son corps ainsi appuyé sur le mien je sens son érection et il est vraiment bien bâti cet étalon! Lien pris sur http://www.erosto.com/randonnee-sexe/recit-porno.html
    6.  Lorsqu’il pénétra dans la chambre, il resta saisi devant le spectacle qui s’offrait à lui. Puis, se reprenant, il s’agenouilla devant la belle et lui embrassa les genoux, les cuisses. Délicatement, sa main se substitua à celle de Karine pour faire aller et venir le sextoy. Parfois, il le laissait bien au fond de son vagin pour lécher la cyprine qui s’écoulait, pour suivre du bout de la langue le contour des grandes lèvres, puis des petites avant de s’attarder sur son clitoris.

     

     

    Voilà à vous de voir je vous en dirai plus et ce que j'en déduis la prochaine fois.

    « Les voyages érotiques d'Alexandre BarridonVision érotique »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 25 Août 2013 à 09:57

    Comme promis voilà mon analyse de ces textes:

    1. Un vulgaire porno. Je ne dit pas vulgaire dans le sens péjoratif du terme mais dans le sens banal, car ici on vous décrit par le menu ce qu'on fait, exactement comme si vous le voyiez à l'écran. Aucune finesse, pas de poésie, l'imagination n'y a pas sa place. Aucun érotisme.
    2. On distingue dans ce texte une recherche, des chemins vagabonds vous emmènent vers l'érotisme. Malheureusement un peu trop vite on retombe dans le descriptif.
    3. On sens à la fois une retenue et un machisme certain dans ce texte que je décrirai comme vulgaire. Le "elle sursaute quand même" laisse à penser qu'elle le veuille ou non elle doit ressentir quelque chose. Le "elle le resente bien" amène à penser tu la sens bien hein S... La vulgarité n'est pas la grossierté, la vulgarité c'est tout ce qu'on laisse filtrer de moche à travers ses mots écrits ou dits.
    4. On a affaire ici à une jeunette qui subit, car c'est bien l'impression que donne ce texte, une intromission et des orgasmes finalement pas si conssentis que ça.
    5. Voilà le genre de texte tout à fait insipide que l'on peut trouver à foison sur les nombreux forum à vocation soi-disant érotique. Par pitié abstenez-vous.
    6. Déjà que la langue française n'a pas gâté le sexe féminin, l'utiliser dans un texte soi-disant érotique comme on pourrait le faire dans un manuel scolaire d'éducation sexuel, devrait être interdit.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :